Shine bright like a what ?!

Les diamants sont-ils éternels (puisqu’ils sont la matière naturelle la plus solide de la planète) ? Est-ce pour ça qu’ils protègent de la peste (bel exemple de sophisme) et qu’ils sont des gages d’amour lorsqu’on les porte à l’annulaire gauche autour de la « veine d’amour » supposée relier ce doigt au cœur ?

Par Stéphanie Delacroix

Les perles sont-elles vraiment si pures, ou juste des réactions allergiques (mécanismes de défense) de crustacés bivalves sans tête mais pas si bêtes pour autant. Et le jade ? Porte-t-il vraiment bonheur ? Confère-t-il vraiment de la beauté et de la pureté (comme l’indique son idéogramme chinois 玉 la contraction de ces deux qualités) à ceux ou celles qui s’en parent ? Si oui, comment est-ce que cela fonctionne avec tout le monde ?

Pourquoi connaît-on des Perle, Perla, Pearl, Mutiara … des Jade, Jadens mais pas de Diamant ou Diamond? Oui, je me rends bien compte que j’ai omis une ex-chanteuse de rap française, mais vous m’accorderez que les « Diam’s » ne courent ni les rues ni les cours d’école – enfin sauf dans les séries télé pour adolescents me dit-on – et en plus elle se prénomme Mélanie.

Comment ça ? Ce n’est pas ce que vous vous demandez quand vous passez devant (ou entrez chez) Cartier, Van Cleef, Bulgari, Harry Winston, Tiffany et YEWN ?

Vous pensez plutôt aux blood diamonds (avec ou sans Leonardo di Caprio) ? Aux pêcheurs de perles philippins ou indonésiens (pas ceux de l’opéra de Bizet, enfin si aussi ceux de l’opéra de Bizet), au Sortilège du scorpion de Jade mais pas uniquement celui de Woody Allen et Charlize Theron aussi celui des mineurs birmans et thaïlandais à la mine aussi triste et surexploitée que celle faisant office de lieu de travail ?

Non plus ? Je préfèrerais penser à la beauté d’une parure de perles, d’un solitaire en diamant, ou d’une paire de boucle d’oreilles en jade, c’est moins triste !

Nous pouvons aussi choisir de penser aux merveilles de la nature que sont la perle de 60 cm de long, 30 cm de large et 34 kg (sacrée allergie !) qu’un pêcheur – qui étrangement a préféré rester anonyme – a gardé sous son lit pendant plus de 10 ans comme porte-bonheur ; le bloc de jade de 174 tonnes d’un seul tenant et sans mélange découvert en Birmanie l’année dernière dans un endroit si reculé que son extraction semble impossible ; et le diamant Cullinan avec ses 621 grammes quand il était « rough » et avant qu’il n’en reste que 106 grammes (530 carats) après avoir été poli et taillé.

En tout état de causes et de choses n’oublions pas que si les sénateurs romains votaient avec leurs pieds nous avons tous les moyens d’être comme Gandhi le changement que l’on voudrait voir dans le monde avec nos pièces de monnaies, billets de banques, cartes Octopus et comptes en banque.

Pour la rentrée (au moins) utilisons ce pouvoir (d’achat) à bon escient et avec conscience en réfléchissant vingt secondes, ou en nous renseignant deux minutes (merci internet) quant à la provenance (e-sclavage ou e-quitable, avec ou sans maltraitance d’humains ou d’autres animaux), aux ingrédients (avec huile de palme ou sans), aux emballages (plastique à usage unique ou emballage réutilisable ou – encore mieux – vrac ), aux usages, à l’exemple et aux tendances (avec ou sans paille ?) que nous créons tous les jours : SHINE BRIGHT !