L’art de vivre à la française, filmé par TF1

L’émission de TF1 “Reportages” prépare actuellement un numéro spécial sur les Français qui vendent l’art de vivre à la française à l’étranger, diffusion prévue ce mois-ci. Le choix de Hong-Kong et Macao s’est fait notamment autour de trois françaises, Catherine Soulas Baron, fondatrice de “Savoir-Vivre”, Carole Delavelle, fondatrice de « Oulalaflower» et Elvire Girault, décoratrice d’intérieur, fondatrice de « Quatorze Juillet », société spécialisée dans la recherche d’antiquités et d’objets vintages européens.
Le tournage s’est organisé autour de leur travail au quotidien, tout s’est enchaîné avec une caméra présente en permanence autour des trois femmes. Trait d’Union a souhaité en savoir plus sur ce tournage et a pu s’entretenir avec Carole et Catherine.

Propos recueillis par Catya Martin

Trait d’Union : Quelle est votre définition du savoir-vivre ?
Carole Delavelle : C’est avant tout pour moi une forme de respect, d’harmonie et de traditions.

En quoi Oulalaflower représente une partie du savoir-vivre à la française ?
L’art floral a toujours eu une place importante en France, les peintres l’ont d’ailleurs largement représenté. La mise de table, spécialement conçue avec Catherine Soulas Baron dans le reportage, est très représentative de l’importance des fleurs dans le savoir-vivre à la française, nous avons travaillé sur une harmonie de couleurs et la fleur fait partie intégrante de l’art de la table.
Depuis la création d’Oulalaflower je me suis toujours appliquée à conserver cette identité florale française très forte et l’ai mise en avant dans toutes mes créations, c’est « ma patte », ma signature.

Quel souvenir gardez-vous de ce tournage ?
Oulala !! Ce n’est pas facile d’être suivie toute la journée par une caméra et un journaliste vous posant tout le temps des questions quand vous êtes en plein travail, mais c’était une expérience intéressante, il y a eu de grands fous rires !

Un jour lorsque nous étions dans un hôtel, des Chinois croyaient que j’étais une star et n’ont pas arrêté de me prendre en photo ! C’est l’effet de la caméra..!

Quelles sont les suites pour Oulalaflower ?
Un projet est en cours de réalisation à Macao et va voir le jour en tout début d’année, il y a aussi un nouveau diplôme que j’ai créé, en partenariat avec une floral designer macanaise, destiné aux fleuristes voulant travailler dans l’industrie de l’hôtellerie.

D’autres projets se dessinent également sur Hong-Kong, Oulalaflower va avoir une année 2016 bien

•••

Trait d’Union : Le savoir-vivre et l’étiquette semblent revenir à la mode. Comment expliquez-vous cela ?
Catherine Baron : Notre société, en plein bouleversement, cherche des réponses au Vivre Ensemble. Or nous avons déjà un outil très efficace : le savoir-vivre, un ensemble de règles de vie en société. Et lorsque nous pensons que ce n’est qu‘un accessoire désuet et obsolète et que nous ne devons plus l’appliquer nous assistons à une dislocation du lien social qui peut aller jusqu’à engendrer la violence.

Sans savoir-vivre, il n y a pas d’harmonie sociale. Ces codes peuvent s’apprendre et être mis en place par tout à chacun quelque soit son statut social et sa culture. Ce qui est correct dans une culture peut ne pas l’être dans une autre. Connaître la différence, la prendre en compte, permet d’éviter le conflit.

Qu’apportez-vous de diffèrent à votre clientèle chinoise et hongkongaise ?
L’ensemble des règles de politesse, de bienveillance de respect et de considération de tolérance fait partie de ce savoir-vivre. Ne pas connaître ces règles est discriminant puisqu’on va considérer que vous ne faites pas partie de ceux qui ont cette capacité à respecter les autres, à avoir les attitudes et comportements appropriés à chaque situation. Dans un monde de plus en plus global et multiculturel, c’est ce talent que recherchent en particulier les entreprises. Connaître les codes est de nos jours plus que jamais un avantage. Les Chinois l’ont parfaitement compris. En adhérant à ces règles, ils savent qu’il devient possible de se hisser dans la hiérarchie sociale. Je forme au savoir-vivre français mais aussi anglais, américain et même chinois. L’objectif premier est de permettre d’avoir une certaine connaissance des règles d’étiquette et bonnes manières pour une meilleure compréhension de notre culture, pour se sentir plus à l’aise en société et faire évoluer sa carrière plus facilement

Que va vous apporter l’émission de TF1 ?
Je voudrais que l’émission de TF1 apporte un peu de fierté, de joie et de réconfort aux Français. Je souhaiterais aussi que l’on comprenne que les cours d’inter culturalité et d’étiquette devraient être dispensés à l’école, et dans les lycées et les
universités.