Flash puis.

Par Sven Larsonn (www.sauvesparlekong.com)

C’est une intrusion,

Flash, puis…

Il cliquète, franchit

Tes yeux laissés

D’amours vaincues

Et défraîchies,

Nos portions molles

Qui renchérissent

Tous les contrastes,

Et l’avenue, lundi.

Mong-Kok-Hong-Kong

Elle est partie, il est venu et

Je t’ai protégée.

Tout subterfuge guérit,

Rend l’âme à

Tous ceux qui subissent

Et naissent.

Ce flash est là tant pis

Pourvu que de guerre lasse,

Il nous délaisse.

Tes peaux de draps nappées

Les strass de stupre

Nacrées,

Des peaux de carton

Confondent l’évidence

De mes doigts,

Ancrés,

En toi,

Et toujours malmenés.

Comme si tu ne devais jamais,

Jamais tomber.

Hong-Kong-Mong-Kok-longue Kong…

Tout subterfuge guérit

Rend l’âme à

Tous ceux qui subissent

Et naissent.

Ce flash est là tant pis,

Pourvu que je ne te

Délaisse.