2015 : Naissance de “Business France”

UBIFRANCE et AFII (Agence française des investissements internationaux) fusionnent pour créer une nouvelle entité, Business France. Avec cette fusion des deux agences publiques, le gouvernement entend accroître les investissements étrangers en France, favoriser le développement des entreprises françaises à l’international et renforcer la promotion de l’image économique de la France. En clair, rendre un véritable service aux entreprises, avec plus d’efficacité, “plus lisible pour les investisseurs étrangers et pour les entreprises françaises”.

C’est à Muriel Pénicaud que revient la lourde charge de mener à bien cette fusion. Directrice générale de Business France depuis le 1er janvier, cette ancienne de Danone, se donne comme objectif de rapprocher les activités des deux agences qu’elle considère “intimement liées”. «Des connaissances mutuelles des deux métiers vont aider à être plus efficace», indique la Directrice générale.

Les missions seront de soutenir le développement international des entreprises et de renforcement de l’attractivité du territoire dans une seule et même agence, Business France”, indique la Directrice. “Levier opérationnel au service de la compétitivité de la croissance et de l’emploi, l’opérateur public rend lisible, disponible et efficace la chaîne d’acteurs et de services dédiés au développement et au succès des entreprises, quels que soient leur taille, leur secteur et leur pays” souligne t-elle.

Tout en rappelant “qu’il s’agisse d’exportation, d’investissement ou de partenariats internationaux, Business France accompagne les entreprises françaises et internationales du début jusqu’à l’aboutissement de leurs projets, dans une démarche clairement orientée efficacité et résultats”.

L’entité est composée aujourd’hui d’une équipe de 1.500 professionnels sur le terrain dans 70 pays pour UBIFRANCE et 22 pour l’AFII, grâce à ces réseaux, Business France intervient ainsi, du montage opérationnel des actions jusqu’à leur suivi à long terme.

La nouvelle agence fusionnée travaillera à la plus grande internationalisation de l’économie française (…). L’internationalisation est une chance pour l’économie française. Il s’agit maintenant d’accélérer pour aller chercher la croissance là où elle est. Pour réussir, il faut faire émerger plus de PME et d’ETI (entreprises de taille intermédiaire) à l’exportation.” a indiqué Muriel Pénicaud au journal “Les Echos”. Tout en précisant que le bénéfice de cette fusion est aussi de “rendre plus lisible et plus simple l’action publique”.

Les résultats du travail des agences pour 2012-2014

  • Plus de 50 000 accompagnements d’entreprises françaises à l’export
  • 2 000 évènements « BtoB » organisés à l’étranger
  • 11 000 courants d’affaires générés entre entreprises françaises et étrangères
  • Plus de 1 000 projets d’investissement étranger en France aboutis 15 000